La liberté d’expression même sur les blogs !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Je n’avais pas l’intention d’écrire un article avant mon départ en vacances mais un petit contre temps et les nombreuses remarques que je peux lire un peu partout m’ont poussé, non pas à prendre ma plume mais à taper sur mon clavier.

Un blog, qu’il soit beauté, nail art, lifestyle, mode, humeurs, n’importe quelles catégories ou aucune d’ailleurs ne doit il se contenter de n’écrire que sur son sujet ? Ne doit il se contenter de n’écrire que ce qui est utile ?
Si demain une blogueuse mode a envie d’écrire sur un rouge à lèvres, ou encore si une autre veut écrire sur ses états d’âme, pourquoi ne le pourrait elle pas ?
Pourquoi chaque chose doit entrer dans des cases et ne pas en sortir ?

Mais ce qui me frappe le plus, c’est la propension à juger tel ou tel article inutile et sans intérêt.
Pour qui ? Par rapport à quoi ?
Qu’on juge que la photo d’un tube de mascara sans swatch ne mérite pas la Une sur HC, ok, d’accord ça n’apporte rien d’informatif mais qu’on le juge nul ou pire encore, qu’on critique le blog et la blogueuse en disant que c’est à chier et qu’elle devrait arrêter, alors là je dis non ! De quel droit se permet on de juger de qui écrit quoi ? Qui sommes nous pour définir ce qui doit être bien ou non ?
Certaines parleront de bon sens, de choses normales mais savent elles au moins définir la normalité ?

Une demoiselle a posté des photos de son mari nu, d’autres ont jugé que ça n’avait pas sa place sur un blog.
Pourtant c’est son blog, quelque soit le sujet qu’elle veut traiter, si demain elle veut poser en string ça sera son problème.
Une autre parle de sa vie privée, son mariage, sa grossesse, son bonheur et ses tristesses et d’autres encore sont choqués par autant de déballage et trouvent ça malsain.
Ah bon ? En quoi ? Pas forcément plus malsain que de posséder 550 vernis qui n’ont servi la plupart qu’une fois !
Une dernière pour l’exemple se sent démotivée pour x ou y raisons à écrire des articles et en fait un pour l’expliquer. Là encore d’autres pensent qu’elle n’a qu’à se taire au lieu de le partager.
Mais bon sang pourquoi ? Si elle a envie de l’exprimer, si elle en a besoin et que ça lui fait du bien où est le mal ?

Si demain j’ai envie de pondre un texte de trois lignes avec 10 liens publicitaires juste pour meubler alors je le ferais. Qu’on aime ou pas, ce qui compte avant tout c’est de se sentir chez soi sur SON blog. Même si les lectrices en sont une part importante, elles ne sont pas tout. Un blog peut continuer d’exister sans elles, juste par l’amour de son auteur. Je pars du principe que ce que nous aimons lire aujourd’hui, ne nous plaira peut-être plus demain. Les gens changent et partent ailleurs mais derrière d’autres arrivent.
Et quoi qu’on fasse ce qui plait à une, déplaira forcément à une autre.

Alors à toutes ces personnes qui écrivent pour parler de la pluie et du beau temps ou de l’avancée de la recherche, ne vous laissez pas atteindre par ces remarques et à toutes celles qui ne peuvent s’empêcher d’avoir un avis sur tout, lâcher du leste, parfois ça fait du bien !

Et au passage, je rajoute que oui un blog c’est public et que oui on prend le risque de s’exposer et de ne pas plaire. Je le dis plus haut et c’est normal, je le conçois parfaitement. Mais il y a une différence entre ne pas plaire à quelqu’un parce qu’on ne partage pas la même vision des choses et la critique négative juste pour la critique.
La liberté ça fonctionne évidement dans les deux sens, l’un comme l’autre est libre d’exprimer son avis et sans aller dans le politiquement correct, on peut rester dans le respect. Internet ce n’est qu’internet mais internet sans un humain derrière ne serait rien.

Malgré le fait de m’être servie d’événements récents pour illustrer mes propos, je ne vise personne. Je ne juge personne. J’aimerais simplement un monde plus tolérant.

La liberté des uns s’arrête là ou commence celle des autres.


Shabondy

Rendez-vous sur Hellocoton !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    269
    Partages
  • 269
  •  
  •  
  •